Elections présidentielles & législatives : favoriser l'accès au vote des personnes en situation de handicap

Handéo souhaite identifier des leviers d’action pour promouvoir l'exercice du droit de vote des personnes en situation de handicap à travers les aides humaines. Cependant pour réaliser ce projet, Handéo se heurte à un double écueil :
* Les personnes ne savent pas toujours qu’elles peuvent recourir à des services d’aides humaines pour les aider à se déplacer, mais également pour les informer, leur donner des explications, les préparer, etc.
* Les services d’aide humaine n’ont pas toujours conscience d’avoir ce potentiel et ne pensent pas nécessaire à proposer des prestations dans ce sens.

Handéo souhaite identifier des leviers d’action pour promouvoir l'exercice du droit de vote des personnes en situation de handicap à travers les aides humaines. Cependant pour réaliser ce projet, Handéo se heurte à un double écueil :
* Les personnes ne savent pas toujours qu’elles peuvent recourir à des services d’aides humaines pour les aider à se déplacer, mais également pour les informer, leur donner des explications, les préparer, etc.
* Les services d’aide humaine n’ont pas toujours conscience d’avoir ce potentiel et ne pensent pas nécessaire à proposer des prestations dans ce sens.
Pour répondre à cet objectif, Handéo a réalisé une étude en deux volets. Le volet 1 est un premier état des lieux des établissements et services médicosociaux (ESMS) qui ont informé et/ou organisé un accompagnement relatif aux élections présidentielles et législatives 2017. La majorité des personnes en situation de handicap ont une autonomie suffisante pour ne pas dépendre d’un professionnel médicosocial dans l’exercice de leur droit de voter et prendre leur responsabilité dans cet acte civique. Néanmoins, certaines personnes ont besoin d’aide pour être informée ou pour se faire accompagner.
Ce premier volet administré sous forme de questionnaire montre notamment que le retrait du droit de vote ou le fait d’être mineur n’empêche pas certaines structures de sensibiliser les personnes aux élections et à l’exercice de la vie civique. Les ESMS qui ont répondu au questionnaire mettent plus particulièrement en avant les problématiques de compréhension et d’impartialité. Ce travail montre également que l’accompagnement peut s’avérer difficile pour les établissements qui ne sont pas ouverts les weekends.
Le second volet est prévu pour 2018.