L'accompagnement des enfants et adolescents autistes par des SAAD : attentes, bonnes pratiques et enjeux

L’Observatoire national des aides humaines porté par Handéo s’est intéressé aux pratiques qui permettent aux Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) de procurer aux enfants et adolescents avec un Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) un accompagnement adapté, personnalisé et cohérent, en adéquation avec les recommandations de bonnes pratiques de la HAS et de l’ANESM.

L’Observatoire national des aides humaines porté par Handéo s’est intéressé aux pratiques qui permettent aux Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) de procurer aux enfants et adolescents avec un Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) un accompagnement adapté, personnalisé et cohérent, en adéquation avec les recommandations de bonnes pratiques de la HAS et de l’ANESM.

L’étude a révélé qu’il existe un large éventail de profil de SAAD intervenant auprès de jeunes avec TSA, tant dans les ressources et modes d’organisation qu’ils mobilisent que dans les prestations qu’ils proposent et le projet qu’ils se donnent. A partir de ces différentes variables Handéo pu modéliser trois types de SAAD : les SAAD « généraliste », les SAAD spécialisés et les SAAD hyper-spécialisés.

Cette souplesse de fonctionnement qui permet aux SAAD d’accompagner les personnes de l’enfance à l’âge adulte, y compris après 60 ans, et la simplicité de la procédure de recours à ses services (sans orientation MDPH) est un atout fort pour l’accompagnement et l’inclusion des personnes autiste dans la société.
Les résultats de l’étude confirment l’importance et l’urgence de venir en appui aux SAAD tant dans la manière d’aider les familles de jeunes autistes à pouvoir y recourir que dans le soutien à apporter aux professionnels au niveau de la formation, de la supervision et des temps de coordination avec les partenaires. Cet étayage ne sera rendu possible que si le prochain plan autisme prévoit des grilles d’évaluation adaptées pour reconnaître les besoins en aides humaines de ce public d’une part. D’autre part, ce plan devra également pouvoir donner les moyens d’un tarif PCH revalorisé et apporter une aide au SAAD suffisamment importantes pour rendre possible cette montée en compétence des professionnels et cet encadrement structuré.