L’aide à la personne destinée aux enfants et adolescents en situation de handicap et à leurs parents

Mal informés, mal traités, fatigués de mener des combats incessants pour faire valoir leurs droits et ceux de leurs enfants à vivre dans la société à égalité avec les autres familles et les autres enfants, les parents veulent être enfin entendus. C'est l'enseignement de cette enquête qui confirme le désarroi et souvent la colère des parents d'enfants handicapés.

Quelques-uns des résultats de l'étude parlent d'eux-mêmes :

  • 9 parents sur 10 déclarent avoir davantage besoin d'une aide professionnelle à domicile

  • 6 parents sur 10 disent que leur enfant handicapé ne participe pas à des activités de loisirs

Le manque de moyens financiers est la première raison que les parents mettent en avant pour expliquer leur faible recours à une aide professionnelle dont ils reconnaissent avoir pourtant besoin.

Les parents font face à des obstacles majeurs sur leur parcours et celui de leurs enfants :

  • difficultés d’accès à la PCH (prestation de compensation du handicap) liées aux critères d'éligibilité,

  • inadéquation entre les besoins exprimés par les parents et ceux inclus dans la PCH,

  • faible niveau de la PCH au regard des coûts d’une prestation d’aide à domicile adaptée aux spécificités du handicap.

Pourtant, la France a ratifié en 2010 la convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, laquelle oblige notre pays à concrétiser leur droit de vivre dans la société à égalité avec les autres personnes. Les services d’accompagnement à domicile, y compris l’aide personnelle, y sont mentionnés comme une solution possible, notamment pour les enfants.